Le racket

Qu’est-ce que le racket ?

Pour bien comprendre la notion de « racket », il faut la distinguer de la notion de « vol ».

Dans le cas d’un vol simple, l’auteur prend, de manière frauduleuse, quelque chose qui ne lui appartient pas. Par exemple, quelqu’un s’empare d’un objet que j’ai laissé trainer.
Si en plus, l’auteur a un contact physique avec la victime (bousculade, coups échangés), on parle de vol avec violence. Par exemple, en passant, quelqu’un me bouscule et arrache mon écharpe.
Le racket est encore différent car dans ce cas, l’auteur va obliger la victime à lui remettre quelque chose ; ce qui lui permet de se défendre en affirmant : « Je lui ai demandé et il me l’a donné ».
Le code pénal définit donc le vol de la manière suivante : « Quiconque a soustrait frauduleusement une chose qui ne lui appartient pas est coupable de vol. Le vol est puni de 1 mois à 5 ans de prison et d’une amende ».
Par contre, le code pénal ne prévoit pas une infraction appelée « Racket ». On retient soit l’extorsion soit le vol avec violence.

Comment l’auteur agit-Il ?

Pour obtenir ce qu’il veut, l’auteur utilisera tous les moyens : l’intimidation, le harcèlement, le chantage, la menace et parfois la violence.
Certains agissent en bande ; paraissant encore plus forts aux yeux de la victime.
Malheureusement, si la 1ère fois a marché, l’auteur va probablement recommencer et en exiger de plus en plus. On peut donc dire que le racket est répétitif et progressif.
L’auteur sait qu’en général, la victime n’osera pas en parler car elle a peur que cela ne se retourne contre elle.

Que peut-on racketter ?

Tout peut faire l’objet de racket, que ce soient des objets de valeur ou pas : GSM, argent, jeux, effets scolaires, vêtements, nourriture, devoirs, cigarettes...

Qui peut être victime ?

Le rapport de force est toujours favorable au racketteur. Il s’attaque généralement aux plus petits ou bien, il agit en bande de façon à paraître plus fort.

Dans quels endroits y a-t-il plus de risques de se faire racketter ?

A l’école, cela peut se passer aux WC, dans les couloirs ou dans la cour, par exemple.
A l’extérieur de l’école, les endroits à risque sont le plus souvent isolés comme les parkings, les ruelles, les parcs (attention aux mauvaises rencontres) ou au contraire, des lieux à une forte concentration de personnes, comme sur la foire.

Comment réagit la victime ?

Face à son agresseur, la victime a peur et souvent, elle a honte d’avoir cédé. Elle pense être seule à vivre ce genre de situation.
Dans certains cas, la victime devient elle-même auteur de racket ou de vol (chez ses parents ou dans un magasin) afin de satisfaire son racketteur.

Comment s’en sortir ?

BRISER LA LOI DU SILENCE.

Pour éviter l’escalade, tu dois en parler à une personne de confiance qui va vouloir t’aider et te protéger :

  • à tes parents ;
  • à un ami (pour t’aider à en parler à un adulte) ;
  • aux professeurs, enseignants, proviseur, directeur de ton établissement scolaire;
  • au centre psycho-médico-social (PMS) de ton école ;
  • à la police (en appelant le 101 en cas d’urgence, au commissariat en cas de dépôt de plainte ou au Service Prévention Jeunesse dans le cadre d’une action de prévention).

Tu as peur d’en parler ?
Même s’il existe un faible risque de représailles, en parler est la seule solution. Tu n’es pas une balance par ce que tu dénonces des faits de racket. De plus, les enseignants, le centre PMS et les policiers sont tenus au secret professionnel.
En tant que victime, tu as le droit de te plaindre et d’être protégée !

Quel est le rôle de la Police ?

Si tu décides de porter plainte, rends-toi dans un service de Police avec tes parents.

Le Policier qui vous recevra procèdera à ton audition et te demandera d’expliquer ce qu’il s’est passé :

  • le nom de la personne qui t’a racketté,
  • ce que cette personne t’a obligé à lui remettre ?
  • à quel endroit ?
  • comment cela s’est passé ? la fréquence ?

Tous ces renseignements lui permettront de rechercher plus facilement l’auteur et de constituer un dossier complet. Sache qu’il est tenu au secret professionnel et que ce que tu vas lui expliquer reste confidentiel.
Il rédigera un procès-verbal qui sera transmis au Parquet.

Quel est le rôle du Parquet ?

Le Parquet est informé de l’infraction et décide de la suite à y donner :

1. Il renvoie l’auteur du racket devant un tribunal.

  • Si l’auteur du racket est adulte (+ 18 ans), il sera jugé par le Tribunal Correctionnel. Il pourra être sanctionné d’une amende ou même d’une peine de prison.
  • Si l’auteur est mineur (-18 ans), il sera convoqué au Tribunal de la Jeunesse où aucune peine de prison ne sera prononcée. Ce tribunal a comme objectif de prendre des mesures à l’égard des mineurs qui ont commis une infraction. La mesure la plus importante est le placement en institution.

2. Le Parquet décide de ne pas envoyer l’auteur du racket devant le tribunal mais propose une médiation avec une réparation du dommage.

Si les faits sont très graves et que l’auteur est âgé de 16 à 18 ans, le Juge de la Jeunesse peut se dessaisir et la renvoyer devant un juge pour adultes. Dans ce cas, le mineur peut se retrouver en prison car on considère qu’il est adulte.